Partager cet article sur les réseaux sociaux

B comme... Big Data

La généalogie, canal historique du Big Data

BIG DATA, voilà un terme qui au premier abord n’a pas forcément grand-chose à voir avec la généalogie. Au premier abord uniquement... en effet le Big Data correspond à l’explosion du volume des données et à tous les enjeux que cette volumétrie peut entraîner. Sachant que la généalogie en ligne est en plein essor (55% des Français ne faisant leurs recherches que sur Internet selon Ipsos étude 2010), et qu’elle repose sur le principe de réutilisation des données et du partage, on comprend rapidement le lien entre les deux. 


Des données exponentielles.  


En effet, quel généalogiste n’a jamais été surpris d’être confronté à une somme immense d’informations en cherchant un ancêtre ?  Lesarchives de plus en plus numérisées peuvent ensuite être échangées et accumulées dans de grandes bases de données et de ce fait la généalogie est entrée dans le monde du Big Data. De plus, la loi Lemaire du 1er décembre 2016 sur la réutilisation des données publiques a permis à de nombreux sites de proposer et stocker ces données. Ils mettent ensuite à disposition leurs banques de données, qui pour certaines annoncent dépasser les 20milliards (Ancestry). Aujourd’hui plusieurs sites web proposent des moteurs de recherche pour interroger les bases de données. Et bientôt les outils de Big Data permettront d’explorer et de relier toutes ces informations pour reconstituer de riches histoires familiales.


Le Big Data, pour la généalogie, mais pas que.


Attention toutefois, ces données ne sont pas n’importe quelles données, elles sont liées à l’identité d’individus. Les sites de généalogie stockent et exposent aussi les arbres personnels qui contiennent des données sensibles sur les familles, photos, liens familiaux, lieux de vie… CF RGPD 2018. En ce qui concerne les recherches généalogiques par ADN par exemple, le site 23andme a déclaré avoir pour but assumé d’obtenir le plus de données possibles pour mener des recherches médicales sur ce “Big Data génétique”. Des sites comme My Heritage et Ancestry ont diversifié leur offre en ouvrant des centres de profit « santé ». 


L’utilisation et l’exploitation des data sont des problématiques majeures du Big Data, et elles n’échappent donc pas à la généalogie. Il faudra sans doute à chacun un certain temps pour réussir à décrypter cette nouvelle pierre de Rosette qu’est le Big Data, mais c’est clairement un grand pas pour la généalogie. 

Découvrez nos articles sur le monde de la généalogie sur notre Blog Geneafinder