Partager cet article sur les réseaux sociaux

H

H comme Iles Hunter, Hatutu

Des îles paradisiaques ?

Iles Hunter, Hatutu, Halaveli… Ces noms ne vous disent rien ? Aucune trace de près ou de loin dans votre arbre généalogique ? Pas d’affolement, cela n’a rien d’anormal, c’est même totalement le contraire. Pourquoi ? Tout simplement parce que ce sont des îles inhabitées. La plupart de ces petites îles se trouvent dans l’océan Pacifique ou l’océan Indien, Hatutu par exemple se trouve en Polynésie française, et a une superficie de 6,6 km². Encore plus petite, l’île Hunter ne mesure qu’un km² . Malgré cela, on retrouve sur quelques-unes d’entre elles des restes d’occupations temporaires, notamment sur Hatutu. Si certains d’entre vous ont des Robinson Crusoé en herbe dans leurs ancêtres, peut-être ceux-ci ont-ils séjourné dans ces îles. 

Les îles inhabitées n’étant pas très propices à la vie humaine, et qu’il faudrait être un peu fou pour volontairement s’exiler sur une telle île en autarcie complète, la plupart de ceux qui y sont passés sont des naufragés, pour certains restés dans les mémoires. Alexandre Selkirk par exemple, l’homme qui a inspiré Daniel Defoe pour écrire Robinson Crusoé. S’il a demandé à être abandonné sur l’île au vu de l’état pitoyable du navire sur lequel il devait naviguer, il a immédiatement changé d’avis une fois avoir mis pied à terre, mais le commandant a refusé de faire demi-tour pour le secourir. 

Le voilà parti pour 4 ans de solitude, car contrairement à la légende, il ne rencontra pas de Vendredi, mais uniquement des chiens, des chèvres et des chats sauvages… de quoi lui permettre de survivre jusqu’à son sauvetage, le 2 février 1709. 

Autre naufragé célèbre : Pedro Luis Serrano, marin espagnol, qui est quant à lui resté 7 ans sur une île, que l’on situe dans le Pacifique ou dans les Caraïbes selon les versions. Mais peut-être vaut-il mieux être naufragé sur une île déserte que sur une île habitée par des cannibales, comme en a fait l’expérience James Cook, à Hawaï le 14 février 1779, dans ce qui -détail ironique- était autrefois appelé … Les îles Sandwich. 

Vous l’aurez compris, sur ces minuscules bouts de terre pas besoin de fouiller les archives ou autres tables décennales pour trouver un ancêtre, à moins que vous soyez persuadé de descendre d’un animal sauvage. S’il y a donc peu de chances que ces îles renferment des informations sur votre généalogie, pourquoi ne pas se prendre à rêver d’un ancêtre explorateur ? L’un d’eux aura peut-être visité les îles Hunter ou Hatutu.

Découvrez nos articles sur le monde de la généalogie sur notre Blog Geneafinder