Partager cet article sur les réseaux sociaux

V

V comme Voyage

Voyage, voyage...

                                                        

Les voyages sont de véritables richesses ; ils permettent de découvrir des cultures, des modes de vie. Une de ces richesses est l’exploration des différentes traditions culinaires du monde. Selon ses origines, chacun a une recette familiale transmise par ses parents, ses grands-parents… Chez nous Bretons, ce sont souvent les crêpes ( même si on vous l'accorde, ce n'est pas la recette la plus compliquée du monde ) Voilà un point commun entre la cuisine et la généalogie : la transmission. Autre point commun : la Data. Eh oui, si les données numériques se mettent souvent au service de la généalogie, c’est aussi le cas pour l’étude des traditions culinaires.


Les data dites «  culinaires » permettent d’effectuer une comparaison des différentes traditions culinaires en fonction des zones géographiques. Vous l’aurez sûrement remarqué au cours de vos voyages, il y a beaucoup de similitudes culturelles entre pays voisins, et c’est aussi le cas pour leurs traditions culinaires. C’est ce que montre le réseau de graphe créé à partir de l’étude de Sina Sadjamanesh, effectuée grâce à des listes de recettes en ligne et des bases de données nutritionnelles. Ainsi, les différents pays d’Asie par exemple ont une culture culinaire très proche. Cependant, si l’on analyse le répertoire de recettes du site Yummly, on peut se rendre compte que la cuisine mongole est « gustativement proche » de la cuisine canadienne ! Comme quoi…

La diversité culinaire, témoin des migrations et des mouvements de population.


Grâce à l’analyse géographique des traditions culinaires, on peut établir une carte permettant de mettre en évidence le lien entre les différents mouvements migratoires et les pratiques culinaires. Chaque migrant amène avec lui les pratiques culinaires de son pays. Ces recettes ne sont pas destinées à rester uniquement dans les assiettes de la communauté ethnique concernée, mais bien à se diffuser et enrichir la culture gastronomique du pays d’accueil. Qui n’a jamais mangé par exemple un bon couscous, plat devenu culte en France, et dont la version industrielle est de plus en plus présente sur les étals de nos supermarchés ? Il est en fait témoin de la colonisation du Maghreb au 19esiècle, puis a été réimporté par les pieds noirs après l’indépendance de l’Algérie. Mais chaque pays a sa particularité, même dans les recettes traditionnelles, pour preuve, il suffit de regarder la recette du couscous tunisien, algérien et marocain pour se rendre compte de la pluralité de recettes différentes pour un même plat. Le patrimoine culturel d’un pays est donc le témoin et l’héritage d’un passé migratoire et colonial, transmis par les générations antérieures et identifiables au grès des voyages. Une seule solution pour découvrir ce patrimoine : tout goûter ! 

Découvrez nos articles sur le monde de la généalogie sur notre Blog Geneafinder