Partager cet article sur les réseaux sociaux

L'adieu à la dame

Il en faut du courage pour survivre à l’horreur des camps de concentration à seulement 16 ans. Il en faut du courage pour se relever et continuer à vivre malgré la perte d’un père, André Jacob, d’une mère, Yvonne Jacob, et d’un frère, Jean Jacob. Il en faut du courage pour se dresser devant une assemblée constituée à 95 % d’hommes et se battre pour le droit à l’avortement en dépit des insultes. Il en faut du courage pour nous avoir donné le choix, à nous les femmes. Il en faudra aussi pour continuer son combat, encore bien vivant dans notre société, celui des droits de la femme. Simone Veil s’est éteinte le 30 juin 2017 à l’âge de 89 ans. Celle qui a reçu en 2010 le titre d’Immortelle de l’Académie Française le restera aussi assurément dans l’histoire de France et le cœur de ses habitants. 


On ne saurait résumer la vie de Simone Veil à un seul événement tant elle a été riche aussi bien en bonheur qu’en malheur. Elle qui a déclaré « J’ai le sentiment que le jour où je mourrai, c’est à la Shoah que je penserai » fut une des premières à témoigner et à se battre pour la conservation de la mémoire de l’holocauste, n’ayant jamais caché le numéro tatoué sur son   bras : 78651, son matricule dans les camps. 


Le deuxième combat de sa vie peut être illustré par cette phrase : « Ma  revendication en tant que femme c’est que ma différence soit prise en compte, que je ne sois pas contrainte de m’adapter au modèle masculin ». 

Alors Ministre de la santé, elle prononce le 26 novembre 1974 un discours pour défendre l’accès à l’IVG qui restera comme l’un des plus marquants de l’histoire de l’Assemblée nationale. Elle ne pliera pas devant l’hostilité de certains députés et réussira à réunir les votes de ceux de gauche et du centre. 

Simone Veil n’est pas qu’une figure française, c’est aussi une figure européenne. Elle fut présidente du parlement européen de 1979 à 1982.

Elle nous a montré que ce qui est le plus important dans la vie, ce n'est pas de procréer seulement mais bien de survivre pour pouvoir éduquer et transmettre à ses descendants et aux prochaines générations son altérité et son expérience de la vie, avec ses misères et ses grandeurs afin d'empêcher que l'Humanité ne se désagrège dans les guerres et les massacres. Impossible de citer toutes ses distinctions et tout ce à quoi elle a contribué pour la France, tout ce qu’elle représente, alors pour clôturer cet article, on retiendra la phrase de Jean d’Ormesson, prononcée en introduction de son discours d’acceptation à l’Académie Française « Nous vous aimons, Madame » . Et Merci.



Découvrez nos articles sur le monde de la généalogie sur notre Blog Geneafinder