Y'en aura beaucoup après moi - L'histoire d'une Fille du Roi

Le destin de Jeanne Crossonneau Rossignol, Fille du Roi - Chapitre 24. A l'heure où Jeanne décèdera... qui laissera-t-elle derrière elle ?

Y'en aura beaucoup après moi - L'histoire d'une Fille du Roi


Temps de lecture : 3 min


DE NOMBREUX DESCENDANTS

C'est en fouillant dans les registres en ligne de l'Hôtel-Dieu de Québec que j'apprends que Jeanne, notre protagoniste, décède le 22 janvier 1712. Elle a 62 ans et laisse derrière elle François Huard, son dernier mari ainsi que ces 11 enfants et 11 petits-enfants. Son mari est lui aussi mentionné dans les registres de l'Hôtel-Dieu en janvier 1712. Etaient-ils malades tous les deux et lui seul a survécu ? Etait-il simplement présent pour accompagner sa douce dans ses derniers moments ? Nous ne le saurons jamais.

L'année de son décès, deux-petits enfants de plus verrons le jours, Jean-François Soucy (fils d'Elisabeth-Ursule Fouquereau) et Thérèse Richaume (fille de Madeleine Fouquereau). Elle manque également le mariage de son deuxième fils, Jacques Petit, avec Charlotte Dubois à Saint-François-du-Lac.

Jeanne laisse beaucoup de descendants derrière elle. En tant que Fille du Roi, elle joua son rôle de mère fondatrice au mieux, avec la naissance de ses 11 enfants en 24 ans. Après quelques recherches, je lui trouve 55 petits-enfants, nés entre 1700 et 1740. A cette même date, la branche Petit, celle de son premier mari, compte 8 descendants (pour deux enfants); la branche Forget en compte 11 (pour un seul fils) et la branche Fouquereau en dénombre 34 (pour 6 enfants - on estime que 2 n'ont pas de descendance). Ces chiffres sont importants, d'autant plus quand on sait qu'ils tendent à se multiplier au fil des générations.

Plusieurs sites nous présentent différents nombres en termes de descendances. La branche Petit compterait entre 280 000 et 700 000 descendants à l'heure actuelle; la branche Fouquereau, elle, en compterait entre 1 400 000 et 1 820 000.


LES FILLES DU ROI, MÈRES DU QUÉBEC

C'est indéniable, les près de 730 Filles du Roi envoyées en Nouvelle-France ont largement participé au peuplement de la colonie.

Des recherches et études menées par l'équipe du projet du fichier BALSAC, la banque de données démographiques sur les Québecois, permettent d'affirmer que les Filles du Roi contribuent pour plus de 9,3% au patrimoine génétique des Québécois.

Dans le cadre de sa maîtrise à l'Université du Québec à Chicoutimi, Sophie Desportes rapporte que les Filles du Roi ont plus de 117 millions de descendants totaux et plus de 3 millions de descendants directs sur 15 générations. On retrouve en moyenne une trentaine de Filles du Roi dans un arbre généalogique québecois.

A ce propos, il existe des groupes Facebook regroupant les descendants de ces centaines de filles arrivées en Nouvelle-France. Les groupes : Nos mères... les Filles du Roy et Fille du Roi Descendants cumulent plus de 4 500 membres et sont utiles à tous ceux qui font des recherches sur ces femmes. Ils montrent également tout l'intérêt que leurs descendants leur portent.

Pour l'anecdote, paradoxalement, la Fille du Roi qui compte le plus de descendants (plus d'un million) n'a pas donné naissance en Nouvelle-France. Anne Lemaître est partie de Rouen avec son fils, Nicolas Roy et ses deux petits-enfants. Sa descendance ne serait dûe qu'à un seul enfant... Impressionnant !


C'est la fin de notre Challenge AZ, de notre Histoire d'Ancêtre grand format autour de la vie de Jeanne Crossonneau ou Grossonneau ou Rossignol. Une femme au destin hors-du-commun qui, en acceptant de braver la dure traversée de l'Atlantique et de s'installer en terre lointaine, tient une place importante dans le coeur des Québécois. J'espère que cette histoire en 24 chapitres vous aura plu et fait voyager jusqu'au Québec.


Merci à tous de nous avoir suivi tout au long de ce mois de novembre, d'avoir été chaque jour au rendez-vous.


Rendez-vous dès demain pour un Zoom sur les sources utilisées pour rédiger cette histoire, cet article clôturera notre participation.


Je vous dis à très vite sur le blog et à l'année prochaine pour un nouveau Challenge AZ !


Maud de Geneafinder

Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !