10 métiers de nos ancêtres qui ont (presque) disparu

Plongez dans le passé avec cette courte série des métiers de nos ancêtres

10 métiers de nos ancêtres qui ont (presque) disparu

Il n’est pas rare de retrouver les métiers qu’exerçaient nos ancêtres dans les archives. Si pour beaucoup d’entre eux les métiers étaient plutôt communs, découvrir un métier insolite fait partie des #généajoies du généalogiste ! 


Découvrez dans cet article, 10 métiers de nos ancêtres qui ont disparu ou évolué de leur époque à nos jours. 


Amadoueur 

Non, votre ancêtre amadoueur n’était pas employé pour flatter et ainsi arriver à ses fins. Il était en fait fabricant d’amadou, une substance spongieuse issue de la chair de certains champignons, utilisée pour son pouvoir inflammable. On s’en sert au XVIIIe siècle comme allume-feu dans les briquets. On peut également en utiliser pour arrêter les hémorragies, il est un substitut du tabac à priser et on le transforme aujourd’hui en un cuir très souple pour l’industrie textile. 


Loueur de cabine

S’il semble bien tenir son nom, ce métier n’en reste pas moins insolite aujourd’hui. En effet, au début du XXe siècle, le loueur de cabine louait, sur les plages, des cabines hippomobiles pour emmener les baigneurs au milieu des flots. Tractés dans leur cabine par un cheval, les baigneurs s’approchaient plus facilement de la mer ou de l’océan.


Loueur de cabine - métier ancien


Bagottier

Le bagottier était un homme qui faisait des bagots. Il était en charge de transporter les bagages légers des voyageurs dans les gares. Il aidait donc à décharger les trains arrêtés et à raccompagner les personnes jusque’à leur sortie ou inversement.



Décrotteur

A en lire le sens de ce mot, on se doute que ça ne devait pas être un métier facile mais non moins utile. Le décrotteur devait d’abord nettoyer, soit les rues de la boue après la pluie, soit les souliers ou vêtements des passants. On trouvait les décrotteurs près des carrefours, des ponts ou autres lieux de passage. Ils pouvaient aussi être ambulants. 


Le décrotteur - métier ancien



Echenilleur 

Bien que l’on connaisse plutôt les oiseaux échenilleurs qui ne vivent que de chenilles, être échenilleur était bien un métier. En effet, celui-ci devait débarrasser les arbres et les plantes des chenilles


Déicier

Le déicier était, comme le sabotier avec ses sabots, fabricant de dés. Si quelques sources lui octroient la fabrication de dés à coudre, le déicier fabriquait surtout des dés à jouer. En os, en corne, en bois, en argile ou en cire, le déicier pouvait aussi travailler l’ivoire, l’argent, la pierre ou l’or pour confectionner des dés plus prestigieux. Depuis le XIIIe siècle le marquage des dés est standardisé, les faces opposées doivent toujours être égales à 7.



Fidelier 

Le fidelier n’était pas réputé pour sa fidélité mais bien par sa préparation des pâtes et vermicelles, en Provence. Aussi appelé vermicellier, on venait lui acheter des pâtes alimentaires. On retrouve une référence aux vermicelliers dans Le Père Goriot de Balzac. On mange des pâtes en France puis le XVIe siècle. 



Aboyeur

L’aboyeur, ou Huissier de Soirée, était embauché pour la puissance de sa voix. Son rôle était de crier, à la porte de spectacles ou de ses employés, les noms et qualités des invités à leur arrivée. On donne différentes tâches à l’aboyeur, comme celle de réciter la programmation des spectacles pour attirer les passants ou encore d’appeler les voitures à cheval à la fin de la représentation.


Il y a quelques années, Firmin (de son vrai nom Michel Weber), se fait connaître sur les plateaux télé grâce à son métier insolite : il est le dernier aboyeur royal professionnel en France. Il est le dernier descendant d’une lignée d’aboyeurs royaux de 1780 à 1936 à la cour d’Angleterre. Un comble pour cet ex-maître chien ! 





Chantre

Il existe des chantres depuis l’Antiquité. Aussi appelés conducteurs de louange, les chantres ont pour rôle de faire entendre la parole divine par le chant dans les églises. Un Grand chantre présidera au chant devant la chorale et un sous-chantre devra lui répondre et le suppléer. 



Gastelier 

Vous êtes-vous déjà rendu chez un gastelier ? Et bien oui ! Ils sont en fait les ancêtres des pâtissiers. Le gastelier (dérivé de gastel qui signifie gâteau en ancien français) n’est autre qu’un faiseur ou un marchand de gâteaux. Aujourd’hui, des pâtisseries emploient de nouveau ce terme sur les devants de leurs commerces, les gasteliers sont-ils en passe de revenir à la mode ? 




Quelques ressources pour découvrir la signification des métiers de vos ancêtres :


Vieux Métiers

Wikipédia - Liste des métiers anciens

Geneawiki - Métiers anciens 

Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !