Quarantaine et couvre-feu : origines et histoire de ces mesures

D’où viennent les termes « quarantaine » et « couvre-feu » ? Explication de ces termes, qui ne datent pas d’aujourd’hui…

Quarantaine et couvre-feu : origines et histoire de ces mesures

Cette année 2020 est largement marquée par la pandémie de Covid-19. Au mois de mars, puis tout récemment pour le mois de novembre, le gouvernement impose aux Français une période de confinement.


Si quelqu’un présente des symptômes, il doit respecter une période de 14 jours d’isolement (aussi appelée « quatorzaine »), période réduite à 7 jours en septembre. Cette période de quarantaine est également imposée dans de nombreux pays voisins pour limiter la propagation du virus. 


Aussi, le 14 octobre dernier, le Président annonce la mise en place d’un couvre-feu dans plusieurs métropoles. Retour sur l’origine et l’histoire de ces termes, qui ne datent pas d’aujourd’hui…



Les origines diverses de la quarantaine


Plusieurs explications peuvent être données quant à l’origine du terme « quarantaine ». 


Une origine catholique d’abord, alors que le nombre quarante fait référence à la période du Carême. Cette période de jeûne utile pour se préparer à de nouveaux commencements jusqu’à la fête de Pâques dure quarante jours (hors dimanches), une durée censée rappeler les quarante années passées au désert par le peuple d’Israël. 


Au Moyen-Age ensuite, on parle de « quarantaine » pour la période de quarante jours durant laquelle un seigneur ne peut se venger. On l’appelle aussi « quarantaine-le-roi ». Si à l’époque déjà, on isole les malades pour éviter les contagions, on ne parle pas encore de « quarantaine ». 


Quarante jours, c’est également la période de convalescence nécessaire aux femmes venant d’accoucher, avant la cérémonie des relevailles, ou amusement, au sein de l’Eglise catholique pour les réintégrer auprès de Dieu et des fidèles. 


En effet, il faudra attendre le XVIIe siècle pour utiliser ce terme pour désigner la période d’isolement en période d’épidémie. Pendant quarante jours, les malades doivent rester isoler pour limiter la propagation de maladies. 



Le couvre-feu comme mesure de protection


L’origine du couvre-feu diffère selon l’origine des historiens. En Angleterre, celle-ci remonterait à 1068 quand Guillaume le Conquérant l’imposa comme mesure répressive aux anglais pour éviter les rébellions et fréquents incendies. Pour d’autres chercheurs, cette origine relève du mythe car cette coutume serait à l’usage depuis plus longtemps encore. 


L’histoire du couvre-feu veut donc qu’une cloche sonnait tous les soirs au XIe siècle pour demander à la population de couvrir leur feu d’un couvercle pour éviter un incendie mais aussi pour le conserver au moyen d’un ustensile en cuivre, en fer ou en terre-cuite. 


Il s’agit surtout aujourd’hui, d’après le Larousse, d’une « mesure de police ou ordre militaire interdisant temporairement de sortir des maisons », valable en temps de guerre ou de pandémie mondiale. 




Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !