Top 5 des erreurs à ne pas commettre en généalogie

Nos conseils pour généalogistes débutants (mais pas que!), pour éviter de perdre de temps et de suivre de mauvaises pistes !

Top 5 des erreurs à ne pas commettre en généalogie

Il y a quelques temps, nous vous partagions notre Top 5 des règles d’or en généalogie, un article bien utile pour les débutants en généalogie, mais pas que. 

Connaître ces règles d’or est un bon début, mails il reste tout de même quelques erreurs à ne pas commettre pour garantir la « « véracité » » (notez les guillemets !) de ses recherches, éviter les pertes de temps inutiles quand la généalogie est déjà chronophage et faire en sorte que ce passe-temps reste un plaisir et non pas un sac de noeuds sans issue. 


1 - Se fier aux données trouvées sur Internet 


L’une des premières erreurs commises par les débutants serait de se fier aux données généalogiques trouvées sur des sites de partages de données familiales. Alors que la recherche semble simple - c’est vrai, on retrouve en quelques clics des centaines d’informations intéressantes - leur qualité laisse parfois à désirer. 

Certains généalogistes partagent de fausses informations, intentionnellement (pour éviter le pillage de données généalogiques, oui, ça existe) ou non (parait que l’erreur est humaine) : des dates erronées, des liens familiaux ou évènements inventés et d’autres incohérences. Vous devez vous contenter de trouver sur ces sites des pistes, des indices, à vérifier, toujours ! Ne copiez jamais les informations trouvées (et ne recopiez encore moins une branche ou l’arbre dans sa totalité !) sans les avoir vérifiées en en recherchant la source dans les Archives Départementales ou autres bases de données d’archives fiables. 

Vous risquez bien des misères à ne pas vérifier ces sources : vous pourriez remonter tout une branche d’ancêtres qui n’ont aucun lien avec vos « vrais » ancêtres. Démêler le vrai du faux en fin de compte est un vrai casse-tête. 

Si l’information est bonne, retrouver l'acte sera facile puisque vous disposez, par exemple, de la commune et de la date de l’évènement. Vous pouvez l’entrer dans votre arbre et même indiquer la source  !

Si l’information est fausse, vous ne retrouverez pas l’acte en question ou bien vous retrouverez un acte concernant une autre personne de la famille, peut-être. Ne considérez donc pas cette information comme vraie, ne la saisissez pas dans votre arbre tant que vous n’avez pas retrouvé de documents ou preuves pour la confirmer. 


2 - Ne pas tout noter et conserver


Cette erreur fait écho, forcément, à l’une de nos règles d’or : tout noter. 

Ne pas tout noter a plusieurs inconvénients. D’abord, celui de vous faire perdre du temps dans vos recherches quand des informations utiles n’ont pas été annotées dans les actes que vous avez passé du temps à retrouver. Mais aussi, celui de potentiellement vous empêcher de débloquer un obstacle généalogique. 

Sachez que toutes les informations notées dans les actes et registres peuvent être importantes, un jour. Une date, un lieu, un nom, un lien de parenté, un métier et plus encore, tous ces éléments peuvent vous être utiles pour approfondir vos recherches. 

Dans la même veine, conservez un maximum des documents familiaux. Quand vient le moment de les trier, difficile de savoir ce qui sera vraiment intéressant et utile. Mieux vaut prévenir que guérir, nous vous conseillons d’en garder le plus possible, si ce n’est la totalité. Ces documents auront une valeur un jour, sentimentale et généalogique, et s’ils ne vous intéressent pas vous, ils pourront intéresser une autre feuille de votre arbre…


3 - Tirer des conclusions sans preuve


Vous n’avez pas retrouvé l’acte de décès de votre grand oncle, aucune trace dans les recensements, alors vous en déduisez l’année de sa mort… Erreur ! Votre grand oncle a pu déménager pour finir sa vie chez l’un de ses enfants, ou bien il travaillait entre deux résidences et a été oublié dans les recensements… Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’on perde, à un moment, la trace d’un ancêtre dans les archives. N’en déduisez en rien des faits ! 

Mettez-vous dans la peau d’un détective, sans preuve, son travail ne vaut rien. C’est la vision que nous avons du généalogiste, sans preuve, pas de conclusion. 

Mais il est vrai que certaines preuves sont difficiles à retrouver : registres manquants ou détruits, oubli, parcours de vie exceptionnel… Dans ce cas là, mieux vaut essayer de croiser les sources disponibles. Votre ancêtre n’apparait peut-être pas dans les recensements, mais il a peut-être assisté au baptême ou au mariage d’une de vos feuilles. Croiser les sources permet de faire le point sur les lieux, les dates, les évènements, pour ainsi avoir plus de chances de mettre la main sur votre ancêtre. 

 

4 - Croire que vous avez un lien de parenté avec quelqu’un qui porte le même nom de famille


A tous ceux qui ont toujours voulu avoir un lien de parenté avec une célébrité ou à ceux qui voient des cousinages en tous ceux avec qui ils partagent le même patronyme… La généalogie c’est beau, mais ça ne marche pas comme ça ! Au risque de vous décevoir, vous pouvez ne pas avoir de lien familial avec quelqu’un qui porte le même nom de famille que vous. 

Mais pour en avoir le coeur net, une seule chose à faire : la course au cousinage. Remontez les branches et les feuilles de chaque côté jusqu’à trouver un ancêtre commun ou un lien de parenté. Mais ça ne sera pas chose facile puisque le plus souvent il vous sera compliqué de remonter avant le XVIe siècle (sauf origines nobles). 

Notez aussi que l’orthographe des patronymes a largement évolué au cours du temps et au fil des plumes des curés. N’ignorez pas ces changements d’orthographes, ils sont importants pour vos recherches. 

Et surtout : pas de conclusion sans preuve et ne vous fiez pas aux données sur Internet !


5 - Ignorer les autres membres de la famille ou sauter une génération


Ce n’est peut-être pas une évidence pour tous, c’est en tous cas bien plus un conseil qu’une erreur à ne pas commettre : notez les informations sur les autres membres de la famille, pas que sur votre ligne directe. 

Pourquoi ? Parce que le plus d’informations vous aurez sur une famille, plus facile sera la recherche de preuves (croiser les sources, par exemple). Mais aussi parce que les actes concernant les frères et soeurs, les enfants, un second mariage ou autres, vous permettront, sans doute, de débloquer des noeuds généalogiques. 

Ne sautez pas non plus de génération au premier blocage, vous risquerez de passer à côté d’informations importantes. Sautez une génération seulement si cela vous permet de revenir rapidement au blocage, pour y mettre fin. 

Toutes ces informations vous aideront aussi à imaginer la vie et le contexte familial de vos ancêtres, et en tant que généalogistes, on sait à quel point c’est passionnant.



👋🏻 Vos ancêtres vous attendent sur Geneafinder, commencez ou importez votre arbre généalogique dès maintenant

🌳 Inscription rapide et gratuite - en savoir plus    


Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !