« La question elle est vite répondue » VS. Nos expressions anciennes

Retour sur les expressions désuètes, oubliées ou préférées des français.

« La question elle est vite répondue » VS. Nos expressions anciennes


En juin 2020, la phrase d’un influencer suisse et la faute de français d’une jeune chanteuse devenaient cultes. 


C’est avec « La question, elle est vite répondue » que JP Fanguin fait parler de lui, intentionnellement ou non. Une phrase largement reprise sur les réseaux sociaux. 


Il en va de même pour le « Tu hors de ma vue » de Wejdene, qui, bien que ne sachant pas qu’il s’agisse d’une faute de français, assume et « trouve ça stylé »


Bref, les expressions françaises, utilisées par les jeunes ou les moins jeunes existent depuis la nuit des temps. Mais pour faire d’une simple phrase une bonne expression (qui « buzzera » avec un hashtag sur Twitter) il faut que celle-ci amuse, surprenne, s’applique à un situation précise et soit facile à retenir… Retour sur la langue de nos ancêtres et leurs expressions désuètes, oubliées ou préférées des français. 



« Tenir la dragée haute », « s’envoyer en l’air », « griller un feu » ou « la langue de bois », toutes les expressions, qu’elles soient plus ou moins connues, ont une origine et une explication différentes. 


Elles sont parfois d’origines étrangères, propres à une région, religieuses, issues de la littérature ou vieille comme le monde… 


Nous utilisons des expressions tous les jours, sans nous rendre compte, à plus ou moins bon escient d’ailleurs ! Néanmoins, la langue française ne cesse d’évoluer et certaines expressions populaires ont disparu de notre vocabulaire courant. C’est le cas, par exemple, de : 


  • « tailler des croupières » qui signifie causer des ennuis à quelqu’un et qui remonte au 17e siècle. A l’époque, en temps de guerre, les cavaliers coupaient les croupières (lien de cuir pour fixer la selle) de leurs adversaires pour les faire tomber. 


  • « Payer en monnaie de singe » qui était utilisée pour payer en fausse monnaie ou ne pas payer du tout dont l’origine remonte au 13e siècle alors que les forains payaient la traversée du pont entre l’île de la Cité et la rue Saint-Jacques avec un numéro de singe. 


  • « Avoir le coeur dans le ventre d’un veau » longtemps utilisée par les jeunes femmes pour signifier à un homme un peu trop insistant de prendre quelques distances et d’aller « courir le guilledou » ailleurs.


  • « Laisser pisser le mérinos » aussi synonyme de « Y a pas le feu au lac », autrement dit, prendre son temps et ne pas se précipiter. 


Mais d’autres expressions tiennent bon depuis plusieurs centaines d’années comme « mettre la puce à l’oreille » et « il ne manquerait plus que ça » qui datent du 19e siècle. 


Mais bien plus vieilles encore, les expressions « mettre sa main au feu » ou « jeter la pierre » du 17e siècle, « la prunelle de ses yeux » ou « en catimini » du 16e siècle, ou encore « passer du coq à l’âne » ou « de fil en aiguille » dont l’origine remonte aux 14e et 13e siècles sont toujours utilisées de nos jours. 

Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !