Reste à nourrir toute la famille - L'histoire d'une Fille du Roi

Le destin de Jeanne Crossonneau Rossignol, Fille du Roi - Chapitre 17. A la fin du XVIIème siècle le nombre d'habitants en Nouvelle-France ne cesse de croître, la famille de Jeanne aussi... Mais il faut s'organiser pour subvenir aux besoins de tous.

Reste à nourrir toute la famille - L'histoire d'une Fille du Roi


Temps de lecture : 2 min


UNE GRANDE FAMILLE À NOURRIR

A la fin de l'année 1690, Jeanne a 40 ans. Elle vit toujours avec son mari, Urbain Fouquereau âgé de 37 ans, avec qui elle s'occupe de ses enfants. Pour récapituler brièvement, leur foyer comprend :

    - Jacques Petit, 18 ans;

    - Nicolas Petit, 17 ans;

    - Jean-Baptiste Forget, 15 ans;

    - Pierre Fouquereau, 13 ans (peut-être décédé);

    - Elizabeth-Ursule Fouquereau, 11 ans;

    - Michel Fouquereau, 9 ans;

    - André Fouquereau, 7 ans;

    - Madeleine Fouquereau, 4 ans;

    - Guillaume Fouquereau, 9 mois.

Son premier fils, Jacques est certainement engagé auprès d'un patron pour aider la famille à subvenir à ses besoins. Son frère, Jacques, s'engage le 7 février 1691 auprès de Samuel Vigné. Il s'y engage pour trois ans pour près de 60 livres par an. On estime qu'une livre de l'époque correspond à 10 ou 15€, Nicolas travaillait alors pour environ 600 à 900€ par an. Il gagne plus de deux fois moins qu'un chirurgien (150 livres par an) et moins qu'un défricheur (75 livres par an). Son engagement est très utile pour la famille, la vie n'est pas facile en Nouvelle-France entre le dur labeur, les saisons canadiennes et la grandeur du territoire. Nul doute que son frère Jean-Baptiste soit lui aussi engagé par un patron vu son âge.


HÔTEL-DIEU ET MATERNITÉ

On retrouve dans les archives de l'Hôtel-Dieu de Québec le nom de Jeanne à la date du 1er janvier 1692. Elle a 42 ans, elle réside à la Pointe aux Trembles et elle est mentionnée comme la femme d'Urbain "Fronc". Ces éléments nous confirment que c'est bien elle. Par ailleurs, nous n'avons aucune indication concernant la raison de sa présence à l'Hôtel-Dieu. A l'époque, les colons (et une minorité d'autochtones) s'y rendent s'ils sont malades, mais aussi pour se faire panser des plaies et se fournir en médicaments sur ordonnance du médecin ou du chirurgien.

Un an plus tard, le 2 mars 1693, c'est au tour d'Elisabeth-Ursule, sa première fille de 13 ans d'être engagée par son père comme domestique chez Jacques Pinguet, sieur de Vaucours, et Marie Morin à Québec. A ce moment là, Jeanne est enceinte de plusieurs mois alors ces différents contrats pourront soulager un peu la famille. Les plus grands sont partis chez leurs patrons et Jeanne n'a plus qu'à s'occuper des plus petits.

Marie Anne voit le jour le 3 juillet 1693, elle est baptisée le jour même à Neuville. C'est le 10ème enfant de Jeanne, son 7ème avec son mari Urbain Fouquereau. Quelle famille !

Acte de baptême de Marie Anne Fouquereau

Acte de baptême de Marie Anne Fouquereau - Source : FamilySearch - Quebec, Catholic Parish Registers, 1621-1979


Au même moment, la guerre entre les Français et les Iroquois fait toujours rage. Trois villages des Agniers (une des six nations iroquoises aujourd'hui plus connue sous le nom anglais de Mohawks) sont brûlés et détruits au cours d'une expédition militaire française. On retient prisonniers des centaines d'Iroquois, des femmes et des enfants. Mais, poursuivis par les Iroquois, les Français n'ont pas d'autre choix que de les relâcher. A nouveau, la famille n'est pas directement touchée par ces grandes tensions, néanmoins on peut très bien imaginer les réticences qu'ils pourraient avoir à sympathiser avec des Iroquois. Ils ne le savent pas mais il faudra des années avant que la paix ne revienne...


A demain pour la suite de notre Challenge AZ et de notre histoire d'ancêtre grand format : Le destin de Jeanne Crossonneau Rossignol, Fille du Roi.


Maud de Geneafinder

Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !