Si seulement je savais... - L'histoire d'une Fille du Roi

Le destin de Jeanne Crossonneau Rossignol, Fille du Roi - Chapitre 18. La naissance de son dernier enfant plonge Jeanne dans ses souvenirs d'enfance à Montfort l'Amaury...

Si seulement je savais... - L'histoire d'une Fille du Roi


Temps de lecture : 2 min


UNE DERNIÈRE FILLE POUR JEANNE

Nous sommes le 16 février 1696 et aujourd'hui vient de naître le dernier enfant de Jeanne, Marie Hélaine. Elle sera baptisée le lendemain à Neuville. Notons que son père, Urbain Fouquereau a signé son acte de baptême. Il l'avait déjà signé pour son frère André.

Acte de baptême de Marie Hélaine Fouquereau

Acte de baptême de Marie Hélaine Fouquereau - Source : FamilySearch - Quebec, Catholic Parish Registers - 1621-1979


Agée de 46 ans, Jeanne aura mis au monde pas moins de 11 enfants entre 1672 et 1696. Elle aura bien tenue son rôle de Fille du Roi et n'aura pas oubliée sa mission de participer largement au peuplement de la Nouvelle-France.

Cette dernière naissance la plonge dans ses souvenirs d'enfances... Jeanne a passé plus de temps en Nouvelle-France qu'en France à Montfort l'Amaury, mais elle ne peut s'empêcher de se souvenir et de s'interroger sur la vie de sa famille là-bas.


QU'EST DEVENUE LA FAMILLE DE JEANNE ?

A mon grand désespoir, je n'ai pas su retrouver l'acte de décès de sa mère, Renée Desjardins. Ni dans les archives en ligne, ni dans les bases de données généalogiques qui tour à tour la voient inhumée à Chartres dans l'Eure-et-Loire, à Chartres dans l'Ille-et-Vilaine (peut-être Chartres de Bretagne ?) ou à Chartres dans l'Orne (?). Peut-être que Jeanne a la réponse, elle... qui sait ?

Aussi, hormis le décès de ses deux plus jeunes soeurs, Renée et Roberte, j'ai passé beaucoup de temps à retrouver la trace de ses trois soeurs Marie et Geneviève, en vain. Plusieurs hypothèses se dégagent alors : ont-elles et leur mère déménagé à la mort de Martin ? Ont-elles été placées chez d'autres membres de la famille ? Ont-elles été placées à l'hôpital général ou chez les soeurs ? A nouveau, Jeanne le sait peut-être. Mais elle ne connaît surement pas les détails de leur vie. Ce sont-elles mariées ? Ont-elles eu des enfants ? Sont-elles décédées ? Où et comment vivaient-elles ?

Jeanne ne l'a surement jamais su mais son grand-père maternel, Antoine Desjardins, et son parrain, Louis Crossonneau, sont décédés un an après son départ pour la Nouvelle-France, au printemps 1671. Jeanne recevait-elle des nouvelles de sa famille depuis Montfort l'Amaury ? Nul ne le sait. Mais peu de chance d'après moi, Jeanne ne savait pas écrire, sa famille certainement pas non plus.

Ce que l'on sait par ailleurs, c'est qu'envoyer du courrier depuis la France jusqu'en Nouvelle-France ou inversement n'était pas chose facile. De l'acheminement par cheval ou canot jusqu'au port, s'en suit une longue traversée de l'Atlantique, puis, une fois sur le continent la lettre doit encore arriver "à bon port"... Tout ça sans compter sur la dure saison hivernale canadienne qui rend toutes routes de communication impraticables. On comptait moins de 10 navires transatlantiques au port par an, mieux valait ne pas les rater ! Les courriers échangés concernaient surtout la politique, le commerce et les échanges internationaux. L'envoi de courriers se développera quelques années plus tard et sera réglementé et régit par des notables.

A l'heure où les télécommunications sont ultra présentes et dépassent les frontières, difficile de s'imaginer quitter son pays et ses proches, pour de bon, sans jamais espérer recevoir de nouvelles...


A demain pour la suite de notre Challenge AZ et de notre histoire d'ancêtre grand format : Le destin de Jeanne Crossonneau Rossignol, Fille du Roi.


Maud de Geneafinder

Vous avez aimé cet article ? Faîtes-le savoir !